A propos d'As de PICS...

Avant de vous lancer dans un projet qui vous tient à cœur, je pense qu’il est très important de connaître le photographe qui l’immortalisera.

C’est dans cet esprit que cette page a été créée. J’y dévoile mon histoire, mes goûts et les motivations qui me poussent à être photographe aujourd’hui. L’idée à travers cette section est d’instaurer un climat de confiance entre vous et moi. Immortaliser un évènement, ce n’est pas une mince affaire. Il faut travailler ensemble en pleine confiance pour mener à bien votre projet.

Samuel Delvarre - As de PICS

Pourquoi "As de PICS" ?

Il ne vous a probablement pas échappé qu’As de PICS est un jeu de mots entre la carte à jouer “as de pique” et le mot “pics”, diminutif de “pictures” signifiant “images” en anglais. Mais soyons modeste, je ne me considère pas comme étant un as en quoi que ce soit ! il ne s’agît que d’un nom 😉

icone as-de-pics.com

Derrière ce jeu de mots se cache une petite anecdote que je vais vous raconter.

Le nom “As de PICS” est en fait une revanche sur un autre projet que j’avais en tête il y a quelques années, qui s’appelait “As de pix”. C’était un projet qui faisait suite à mon intérêt pour la création graphique et le poker.

Depuis mon entrée dans le monde du travail en 2006, j’ai vu passer beaucoup de candidatures. Il m’était apparu que la majorité des CV que je voyais se ressemblaient. Pour la plupart, ils étaient faits avec Word, avec la même police de caractère, en noir sur fond blanc, exempt de personnalité. J’avais donc imaginé ouvrir une entreprise dans la création de CV personnalisé afin de valoriser des candidatures, et j’avais réservé le nom de domaine www.asdepix.com. Pix pour pixel, car finalement, je ne faisais rien d’autre que de manipuler des pixels.

Fin du suspense : cette entreprise n’a jamais vu le jour faute de temps, et le nom de domaine a été abandonné 2 ans après… Malgré l’abandon, le nom As de pix me plaisait et je l’ai toujours gardé en tête avec l’espoir de créer une entreprise portant ce nom.

Mais quand la passion de la photographie m’est apparue, asdepix.com avait déjà été repris par quelqu’un d’autre. Aujourd’hui c’est un site qui propose des formations professionnelles en infographie. J’étais donc contraint à abandonner ce nom qui ne m’appartenait plus. Et dans ma déception, j’ai eu l’idée de transformer le “pix” en “pics”. J’ai réalisé que “pics” collait tout aussi bien au métier de photographe que « pix » au métier de graphiste ! Alléluia ! J’ai recyclé mon idée de base en remplaçant une lettre par deux, tout en gardant la même phonétique ! As de PICS était né, de même que le nom de domaine réservé, le compte Facebook et Instagram aussi. Même la chaîne Youtube a été réservée, on ne sait jamais… 😉

Exemple de CV personnalisé

Caché derrière l'objectif

Je m’appelle Samuel Delvarre et vous l’aurez compris, je suis l’homme qui se “cache” derrière le nom As de PICS. A l’heure où j’écris ces lignes, j’ai 32 ans et je suis passionné par tout ce qui touche à la photo, à l’informatique et à tout ce qui a 2 roues et un moteur… Preuve en est, mon parcours professionnel est parsemé de virages sillonnant mes passions. Je suis diplômé d’un BEP – CAP de mécanique moto, d’un BAC PRO commerce, et d’un BTS informatique, et je n’exclue pas la possibilité d’obtenir un jour une certification dans la photographie.

Depuis mon enfance, j’ai toujours aimé prendre des photos et j’ai toujours eu un œil critique dessus. Mon père pratiquait lui-même la photographie depuis très longtemps (et son père avant lui…). Quand j’étais en âge de comprendre comment tout cela fonctionnait, il m’a appris à manipuler son reflex (un 24×36 Nikon FM dans un premier temps, puis un Nikon FE). J’ai souvenir d’une aiguille qui montait ou descendait selon l’ouverture du diaphragme, des unités ASA et des fameuses pellicules… Et pourtant, je n’ai eu mon premier appareil photo reflex qu’en 2017 ! Alors que s’est-il passé pendant toutes ces années ?

Eh bien disons simplement que j’avais peur de me lancer. Oui, peur. Mais pas au sens où on l’entend…

Je suis conscient d’être par nature très exigeant voire même perfectionniste. Je songe toujours à la façon dont je peux améliorer, optimiser ou remettre en question tout ce qui peut l’être lorsque je suis passionné par quelque chose. Autrement dit, me lancer dans la photographie me faisait peur dans le sens où je n’avais aucune idée d’où mes exigences pouvaient me mener.

Bien sûr j’ai eu des appareils photos pendant mon adolescence, que ce soient des smartphones ou des appareils photo numériques compacts. En fait, j’ai majoritairement été déçu de toutes mes photos avec mon matériel, et pour cause, aucun d’entre eux n’était assez performant pour que je sois rassasié en termes de qualité photo… Alors combien aurais-je dû mettre pour un matériel satisfaisant ? Cela me faisait peur, et à mon banquier aussi… Je préférais ne pas y penser, et laisser la photographie comme étant juste un domaine que j’affecte, sans trop la pratiquer…

Je dois quand même vous avouer que malgré mes déceptions, j’ai eu quelques bonnes surprises. Notamment avec mon iPhone 4S et 5S, mon Samsung A3 et mon Panasonic FX-01. Ce qui me conforte dans l’idée que sans prétention, le talent de photographe était déjà présent à cette période, mais sans le matériel adéquat.

Dans la photographie

Bon, c’est bien gentil tout ça, mais si vous lisez cette page, c’est bien parce que voulez savoir ce qui me botte dans la photo non ?

Je vais essayer d’y répondre en toute franchise. Les réponses sont multiples.

  • En premier, de façon générale, j’aime la photo parce que je suis nostalgique. On dit régulièrement que depuis qu’on est passé au « tout numérique », plus personne ne regarde ses photos. Eh bien c’est complètement faux pour ma part. Je continue régulièrement à regarder des photos sur mon écran et je prends beaucoup de plaisir à me remémorer de vieilleries d’adolescent. (Mon écran incurvé MSI 32 pouces doit y être pour quelque chose…)
Ma station de travail actuelle - Core I5 7600K - 16 Go RAM - SSD - GTX 1050 TI - Ecran MSI 32" incurvé

Lorsque vous vivez un moment intense, au fil du temps, ce moment se transforme en souvenir et devient intemporel et personnel. La photo est à mon sens le seul moyen de vous rappeler ce sentiment même des années ou des décennies plus tard. En quelque sorte, la photo est comme le bon vin, elle se bonifie avec le temps, en vous rappelant vos émotions vécues à cet instant précis où le photographe a appuyé sur son déclencheur. C’est tout simplement magique.

Par ailleurs, vous me direz peut-être que la vidéo est aussi un bon moyen de se rappeler des souvenirs ? Oui… mais non. A mon sens, la vidéo n’arrive pas à la cheville de la photo. Pourquoi ?

Eh bien il faut savoir que les souvenirs oculaires sont parmi les moins fiables de notre mémoire. En effet, c’est la nature humaine, nous avons une tendance à faire évoluer un souvenir oculaire en le déformant de la réalité (c’est aussi ce qui définit notre humanité…). C’est un fait, dans les enquêtes policières, un témoin auditif est bien plus fiable qu’un témoin oculaire. Il faut plus se fier au nombre de coups de feu qu’a entendu un témoin qu’à la couleur du t-shirt du criminel vue par un autre témoin !

Alors imaginez que vous vous êtes construit un souvenir unique d’un moment précis, que votre souvenir évolue, qu’il se transforme et que quelques années plus tard, vous regardiez une vidéo de ce fameux moment… La vidéo sera intolérante à vos souvenirs, et elle peut même bousculer l’idée que vous vous en êtes faite ! La vidéo ne fait pas travailler votre cerveau pour vous rappeler des souvenirs, elle vous montre le chemin déjà tout tracé ! En plus, bien souvent elle est accompagnée d’un son déplorable…

Pour faire simple, il est souvent mis en avant que la télévision est un frein à l’imagination, surtout envers nos enfants. C’est pour cette même raison que je n’apprécie pas la vidéo au même titre que la photo.

  • En second, je vais vous jouer la carte Calimero 😛 : Je suis né au monde avec de petits troubles oculaires. Je suis myope, astigmate et chose extrêmement rare : j’ai une cataracte de naissance. Pour info, une cataracte, c’est une opacification du cristallin. Dans mon cas, elle gâche 90 % de la vue de mon œil gauche. « C’est vraiment trop injuste ! ». 😛
Différence oeil saint et oeil atteint de cataracte. Source https://www.optimum-visio.fr/

En gros, tout ce que je vois c’est une bouillie de flou. Une image valant mille mots, j’ai essayé de retoucher la photo d’une scène quelconque telle que je la vois sans mes lunettes :

Ca va peut-être vous surprendre, mais ça ne m’a jamais trop gêné dans la vie. D’abord parce que je porte des lunettes qui améliorent grandement la netteté, et surtout parce que ces troubles sont de naissance. Je n’ai aucune idée de ce que voit un être humain avec de bons yeux… Ce qu’on ne connait pas ne nous manque pas, n’est-ce pas ?

En revanche, quand je regarde une photo prise avec un bon reflex, la précision de l’image est telle que je vois mieux les choses en photo qu’en vrai ! C’est tout bonnement incroyable, tout semble parfaitement net et précis ! Dans ce contexte, je ressens très souvent le sentiment que le monde est plus beau en photo qu’avec mes yeux. Et ça, ça en jette ! 😊

  • En troisième point, j’aimerai vous parler des détails.

Cela rejoint un peu le paragraphe juste au-dessus. Selon moi il n’y a que la photo qui peut sublimer les détails d’une scène.

Quand vous vous rendez à un mariage, prêtez-vous une attention particulière aux ornements de la robe de la mariée ? son voile ? les boutons de manchette du marié ? ou encore au soin apporté à la boutonnière des témoins ? En général non.

Par contre, la photographie permet de s’attarder sur les détails mieux qu’aucun œil humain ne le fera. Elle permettra de mettre en valeur toutes les petites attentions qui échapperont à tous les convives, et même parfois aux mariés ! Il m’arrive souvent de me rappeler certains détails de mon mariage uniquement grâce à la présence d’esprit de la photographe qui nous a immortalisés.

"Les détails font la perfection, et la perfection n'est pas un détail" - Léonard de Vinci

Le Style

Faute d’objectivité, il n’est jamais facile de décrire son propre travail. Je ne vais donc pas tenter l’expérience, mais je peux aisément parler de mes influences et de ma façon de travailler.

Vous l’aurez déjà compris plus haut, mon exigence voudra me faire aimer les détails. Mais pas seulement. Une photo selon moi doit être nette, précise, “piquée” comme on dit dans le jargon photo. Chaque pixel doit être à sa place, et le flou n’a pas sa place dans mon imagination (hormis le flou d’arrière plan “bokeh” bien sûr). J’apprécie beaucoup la richesse des couleurs et je les fais ressortir. Les contrastes donnent du pep’s à l’image, et de manière générale je travaille avec une balance des blancs assez froide. Je n’utilise jamais de filtre de couleur à la prise de vue, tout au plus un filtre orangé en post traitement (sur Lightroom) pour réchauffer l’atmosphère d’une photo prise au coucher du soleil. Ce qui est très discret et rare.

Enfin, j’ai une attirance toute particulière pour des expressions de visage en noir et blanc. Le côté neutre du noir et blanc rajoute de la noblesse à l’image, et cet effet est décuplé sur des visages expressifs, ça fait des merveilles !

Pour faire simple, je ne surfe pas sur la vague photographique actuelle qui se veut plus pâle, fade et dé-saturée. Cela me fait penser aux photos d’une autre époque, et si je décide de mettre une somme d’argent conséquente pour du matériel photo, ce n’est pas pour ressembler aux photos d’il y a 50 ans.

Le matériel

Cette section s’adresse aux amateurs et expérimentés de la photographie.

Pour la saison 2019, mon matériel photo est composé de :

  • Boitier :
    • Nikon D800E
  • Objectifs :
    • Irix 15mm f/2.4 Firefly
    • Nikkor AF-S 20mm f/1.8G ED
    • Sigma 35mm f/1.4 ART
    • Nikkor AF-S 105mm f/2.8 micro
    • Tamron SP 70-200mm f/2.8 G2
  • Accessoires :
    •  Sangle d’épaule Prowithlin
    • Sac à dos Lowepro Fastpack BP 250 AW II
    • Trépied classique + trépied amovible
    • intervallometre

Comme vous pouvez le constater, je suis plutôt bien équipé. Mon boitier est très performant et est doté de 36 millions de pixels, je ne compte pas le changer. Mais son petit frère viendra sûrement le rejoindre d’ici quelques temps : le Nikon D750, plus à l’aise en montée ISO. Il sera un peu plus adapté quand il sera couplé au 20mm, en particulier dans une église, à la mairie, ou encore en photo de groupe.

L'arrivée des alliances - Nikon D800E + Objectif Irix 15mm f/2.4 Firefly - 1/50e sec - f/11 - ISO 3200

Et la signature ?

Avez-vous remarqué que la totalité de mes photos ne sont pas signées ? Je ne compte plus le nombre de photographes qui signent leurs photos. Et pour être franc, cela m’agace !

Une signature sur une photographie donne l’impression que la scène n’aurait jamais existé sans son photographe. Alors que les acteurs principaux, ceux qui ont créé cette scène (parfois même sans le savoir !) sont ceux qui se retrouvent devant l’objectif, et non pas derrière. En tant que photographes, nous pouvons nous féliciter de mettre en valeur un sujet, une scène, un objet ou une émotion, mais de là à s’approprier le moment en apposant une signature… Je considère cela comme étant excessif et inapproprié.

C’est pour cette raison que ma signature n’est jamais apparue et n’apparaîtra jamais sur mes photos. Soyez donc assurés de ce détail sur toutes les prestations que je propose.

Les autres photographes

Mon style, mes influences et ma personnalité peuvent vous déplaire, ou pire, vous être indifférent. Je le conçois tout à fait, les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Dans ce cas, je vous invite à vous rendre sur le site internet de mes confrères, il y en a beaucoup dans la région Lilloise. Je considère qu’aucun confrère photographe n’est un “concurrent” à mes yeux et que chaque auteur à son style bien à lui. A vous de trouver votre photographe.

Je me permets donc de recommander particulièrement ma consoeur et amie : Laura Beauvillain Photographie. Son style est bien différent du mien, beaucoup plus “rosé”, doux et pâle. Si à l’avenir je fais connaissance avec d’autres photographes que j’apprécie, je mettrai le lien de leur site ici même.

Témoignages

"Un talent de professionnel à destination de nous tous, amateurs! Je recommande."
"Magnifiques clichés plus vrais que nature !"
Franck Leloir
secrétaire de rédaction
"Zen et Serein"
Thebody Bernard